Mal de dos : symptômes, causes et remèdes

mal de dos : que faire

Ne le niez pas, au moins une fois dans votre vie, vous avez aussi souffert de mal de dos, n’est ce pas ? Parfois, la douleur se résorbe heureusement en quelques heures ; parfois, elle va et vient encore et dans le pire des cas elle est persistante et devient chronique.

Quel que soit le type, la localisation et l’intensité ; la douleur est un signe clair que le corps nous envoie pour nous montrer que quelque chose, dans notre corps et/ou dans notre attitude, ne va pas !

Il faut aussi savoir que le mal de dos, notamment dans la partie basse, est la première cause d’absentéisme au travail ; ce qui est un véritable fléau non seulement physiquement, mais aussi socialement.

Il ne faut pas non plus oublier la sphère psychologique ; car les excès de tension et de stress, par exemple, réduisent l’élasticité des muscles dorso-lombaires, provoquant une aggravation de la douleur et une limitation conséquente de la mobilité. Nous en parlons de façon plus détaillé dans les lignes qui suivent.

Découvrez aussi : Les bienfaits du jus de céleri 

De quoi est formée la colonne vertébrale

Pour comprendre que faire en cas de mal de dos, il est nécessaire de préciser la composition de la colonne vertébrale. Ce dernier est un ensemble de segments et de structures qui collaborent les uns avec les autres afin de maintenir une posture adéquate et de se déplacer dans l’espace.

De toute évidence, l’unité de base est la vertèbre qui a une structure similaire à celle des os ; et qui est reliée à ses articulations sus-jacentes. Quant au nombre de vertèbres par zone, le rachis cervical en compte 7, la partie dorsale 12, la zone lombaire 5. À la base de la colonne se trouvent le sacrum et le coccyx.

Entre l’une et l’autre, s’interpose un disque intervertébral, constitué principalement de cartilage et à l’intérieur duquel, dans la partie centrale, on observe le noyau. Il est également important de se souvenir du trou intervertébral où passent tous les nerfs rachidiens.

Découvrez aussi notre article sur : les mythes sur le cholesterol

Les types de maux de dos

douleur dans le dos : les différentes formes

Le diagnostic précoce est vital pour atténuer au moins les causes qui pourraient aggraver le trouble au fil du temps. Il est clair que dans tous les cas une analyse approfondie du cas précis sera toujours nécessaire ; de même qu’une évaluation de l’intensité de la douleur ainsi que de sa localisation et de son irradiation afin de bien comprendre comment agir.

On peut regrouper la douleur en 6 grands groupes, selon la cause déclenchante.

1.      Douleur due à un blocage articulaire

C’est une douleur osseuse et précise, centrée sur la vertèbre, presque toujours profonde et qui augmente avec le mouvement. Elle a un caractère spécifique en fonction de l’articulation blessée.

La douleur sacro-iliaque se manifestera lors des torsions du torse, comme lorsque vous enfilez vos chaussettes le matin ; en revanche, les douleurs lombaires se manifesteront surtout là où la vertèbre douloureuse se déplace, donc en cas de flexion/extension et de latéroflexion.

2.      Douleur discale

C’est une douleur aiguë qui survient de préférence lorsque le corps est soumis à une pression ou à la gravité ; par exemple en position assise ou debout le tronc pousse vers l’arrière, et met en tension les ligaments qui rejoignent les vertèbres provoquant des douleurs.

Il apparaît immédiatement et augmente avec l’augmentation de la pression sur le disque ; surtout lorsqu’on se penche en avant. Elle est également ressentie lors d’une toux ou en cas de fatigue abdominale.

3.      Douleur d’origine ligamentaire

Elle apparaît lorsque la même position est maintenue longtemps, ou survient à la fin des amplitudes articulaires (à l’extrémité d’un étirement). Elle survient après un temps de latence variant entre 10 minutes et une heure et augmente lorsque vous changez de position longtemps maintenue.

Parfois, il est perçu et décrit comme une sorte de brûlure. Évidemment, en fonction du type de ligament touché, nous aurons une douleur différente selon le mouvement qui se produit.

4.      Douleurs musculaires

Ils se manifestent par des mouvements et contractions musculaires ; ainsi, en fonction de l’action qui provoque la tension, on comprendra si le muscle est un  » rotateur « ,  » fléchisseur  » ou  » extenseur « . Parfois, il y a une douleur référée commençant dans le muscle lui-même et elle diffère selon le muscle touché.

Elle est profonde, diffuse et augmente avec la contraction. À la palpation, on pouvait souvent rencontrer des points d’hyperexcitabilité maximale ou les « nodules » typiques de la contracture.

5.      Douleur névralgique

Quel que soit le point du nerf lésé, il est identifié comme filiforme et urticant, à tel point que le trajet douloureux sur le nerf peut être facilement décrit.

Découvrez aussi : Le sélénium et ses avantages pour la santé 

6.      Douleur viscérale

Elle n’augmente pas avec le mouvement et est rythmée en ce qui concerne la fonction des intestins (intestin, vessie, utérus…) mais ici nous entrons dans un autre domaine.

Le dos peut être divisé entre une zone  moyenne-haute  (d’où mal de dos, cervicalgie, maux de tête, etc.) et une autre zone  moyenne-bas  (d’où lombalgie et douleurs qui irradient vers les membres inférieurs).

La  partie supérieure  concerne les aspects de stress psychologique et émotionnel ; il est courant que les personnes adoptent des postures de fermeture des épaules qui surchargent les trapèzes, provoquant des douleurs.

Dans  la partie inférieure, cependant, la douleur est plus fréquente puisque c’est ici que se reflètent souvent les déséquilibres corporels, les positions incorrectes ; ainsi que la zone qui supporte le plus le poids du corps et est donc affectée par les éventuelles répercussions que la colonne vertébrale peut subir.

Les causes du mal de dos

mal au dos : causes

Les principales causes du mal de dos ( en savoir plus ici ) sont souvent dues à l’adoption d’un mode de vie incorrect qui comprend :

  • Poids corporel excessif,
  • Attitudes posturales incorrectes à la fois en position assise et en marchant (peut-être incorrectes même simplement à cause d’un sac lourd ou porté sur une seule épaule,
  • Travail sédentaire qui impose des positions incorrectes de la colonne vertébrale et maintenue trop longtemps,
  • Soulèvement incorrect d’objets lourds,
  • Absence d’activité sportive adéquate et bien plus encore.

Regardons quelques-unes des causes en profondeur.

Posture incorrecte

La principale cause du mal de dos est représentée par une mauvaise posture ; il est donc nécessaire de vérifier toutes les positions et mouvements que nous effectuons involontairement pendant la journée.

La  posture en général, tout au long de la journée, a un effet profond sur la santé de notre dos ; car la pression que notre corps exerce doit être répartie uniformément et faire en sorte que les « appuis » (disques intervertébraux) puissent amortir le poids d’une vertèbre sur l’autre.

Pour  sortir correctement du lit, il  est conseillé de faire pivoter le corps complètement vers l’extérieur ; et ceci tout en veillant à se lever à l’aide du bras pour moins solliciter la colonne cervicale et lombaire.

Se lever et s’asseoir de la chaise signifie se lever lentement et en douceur, en veillant à ce que les reins et les muscles cervicaux ne travaillent pas mais les jambes et les fesses. Il est nécessaire de pousser le torse vers l’avant le plus possible en s’assurant que les pieds sont bien au sol et peuvent contribuer à la poussée vers le haut.

Attention aussi à ceux qui passent de nombreuses heures devant le PC. Dans ce cas, le dos doit être maintenu droit, de sorte que les jambes soient pliées et sous le bureau, relaxant ainsi les épaules et gardant le cou bien appuyé sur la chaise.

Les yeux doivent être à l’aplomb de l’écran et à environ 50 cm de celui-ci, ainsi que les coudes qui doivent former quasiment un angle droit par rapport au plan ; vous devez garder vos pieds toujours au sol (vous pouvez également utiliser un repose-pied) et aligner vos poignets. Sinon, le résultat sera un mal de dos.

Dernier avertissement : n’oubliez pas qu’entre une pause et la suivante il faut se lever et se dégourdir les jambes ; faites en aussi de courts exercices de distension des membres inférieurs et supérieurs.

Découvrez aussi : Les bases d’une alimentation saine et équilibré 

La sédentarité

C’est la deuxième cause la plus fréquente de ces pathologies est la sédentarité excessive. Avoir une  musculature tonique du dos et surtout du tronc nous permet à la fois d’avoir une aide à l’échafaudage du corps ; et de conserver une plus grande élasticité et mobilité.

Il est donc recommandé de garder la forme de la manière la plus appropriée et aussi la plus agréable à la personne bien que les exercices dans l’eau, le pilâtes, la posture et les étirements soient préférables.

Le travail avec des poids, effectué de manière correcte et contrôlée, peut certainement aider en augmentant la musculature et donc le tonus des muscles et la force du sujet.

Le poids corporel excessif

La troisième cause du mal de dos est alors représentée par l’excès de poids corporel.

Par rapport à ce point, il est alors évident que plus le poids est contenu, moins les vertèbres auront de difficulté à maintenir les courbures correctes. Il faut respecter ses besoins énergétiques en absorbant autant de calories qu’on en brûle ; ceci permet de lutter contre l’obésité ou le surpoids, premiers déclencheurs des maux de dos.

Il est nécessaire de garder la forme et de combiner l’activité physique avec une alimentation saine et équilibrée ; tout en veillant à ce que les fruits et légumes ne manquent jamais, aliments qui trop souvent nous éclipsent l’apport de glucides et de graisses.

Attention : il ne faut pas diaboliser les pâtes, les fromages ou les viandes rouges mais il est conseillé de les consommer dans les bonnes proportions en fonction de vos caractéristiques physiques.

Par exemple, on peut remplacer les pâtes et le pain par des « cousins » complets ; ajouter plus de viandes blanches et de poissons que rouges, éviter les fromages affinés trop gras, en préférant toujours des copeaux de parmesan savoureux et sains.

L’arthrose

cause éventuel du mal de dos

Une autre cause fréquente est certainement l’arthrose qui, étant une pathologie dégénérative, conduit à la déformation de la structure osseuse.

L’arthrose affecte avec l’âge, mais de nombreux facteurs peuvent conduire à la déclencher même à un âge précoce ; notamment le poids corporel exagéré susmentionné, le mode de vie sédentaire, les traumatismes et les prédispositions génétiques ; mais un travail physique sain peut retarder l’apparition et la progression de la maladie.

Le tabagisme

Quiconque pensait que le tabagisme n’affectait en aucune manière les problèmes de dos se trompe. De nouvelles études montrent que le tabagisme est un facteur de risque de douleur chronique en général, y compris les maux de dos.

En effet, il semble que la nicotine augmente la sensation de douleur. De plus, toutes les substances nocives de la cigarette entraînent un vieillissement ; et une dégénérescence progressive et irréversible des disques intervertébraux et de la colonne vertébrale, entraînent des douleurs lombaires et cervicales. La combinaison de plusieurs causes augmente le risque de contracter une hernie ou une protrusion.

Mais que sont-ils ? Comme déjà mentionné ci-dessus, entre une vertèbre et l’autre, nous avons le cd. Disque intervertébral qui, grâce à sa composition, absorbe les forces affectant la colonne vertébrale. La partie interne du disque est composée principalement d’eau et s’appelle le noyau tandis que la partie externe est plus fibreuse.

Or, partant de cette prémisse, si le noyau se déforme ou pousse sur la partie fibreuse on peut avoir soit une protubérance (dans les cas les plus légers) ; soit une hernie (dans ce cas contenue) tandis que s’il se brise elle est expulsée.

Les deux, évidemment selon la gravité, vont agir comme des corps « étrangers » ; écrasant souvent les racines nerveuses et provoquant des douleurs lombaires ; sciatiques, fourmillements ; maux de dos et cervicalgies. Dans ce cas, il est nécessaire de contacter un physiatre ou un orthopédiste et, par la suite, un physiothérapeute pour les traitements appropriés.

Découvrez aussi :  Tout ce que vous devez savoir sur la caféine 

Les remèdes contre le mal de dos

quel remède pour la douleur dorsale

Nous allons maintenant parler de toutes ces techniques et précautions que vous pouvez utiliser pour améliorer votre bien-être. Tout d’abord, vous devez vérifier l’état de votre colonne vertébrale et de sa musculature.

Ceci dit, nous devons changer notre mode de vie afin de ne pas mettre en péril un travail de gros œuvre ; que, si nous gardons nos habitudes erronées et « asymétriques », nous rendrons inutile ou en tout cas efficace qu’à court terme.

L’une des meilleures positions pour le dos est la position de la vache et du chat, véritable panacée pour la colonne vertébrale.

Il part d’une position à quatre pattes dans laquelle les mains et les genoux reposent sur le sol ; de sorte que les poignets sont pratiquement sous les épaules et les genoux sous les hanches. Puis inspirez en poussant le ventre vers le bas et en soulevant le menton afin d’ouvrir la poitrine en vous faisant lever les yeux et en cambrant le dos.

Les omoplates se rapprocheront et les épaules s’éloigneront des oreilles. À ce stade, vous continuez avec tous les mouvements opposés, vous expirez donc en cambrant le dos vers le haut, en retirant le ventre, en abaissant la tête vers le bas, pour enfin revenir à la position de départ.

La technique est fondamentale car elle permet en deux étapes simples de :

  • Renforcer les organes de l’abdomen et par conséquent avoir une respiration plus profonde et plus importante,
  • Augmenter la possibilité d’étendre la colonne vertébrale et tous les muscles du dos et du cou,
  • Aider à mieux comprendre la posture que nous maintenons et l’équilibre du corps et dans le meilleur des cas cela pourrait même aligner la colonne vertébrale.

Dernier conseil : Réduisez votre mal de dos et prenez soin de votre corps… ; car celui qui est en bonne santé est riche sans le savoir !

Découvrez aussi : L’ambre : vertus, propriétés et signification de la pierre